logo

À propos

Dans le cadre de la campagne « 40 ans de luttes pour la défense des droits humains en Amérique latine et au Québec », qui visait à mettre en valeur les liens de solidarité et de réciprocité qui se sont tissés entre le Québec et l’Amérique latine à diverses périodes historiques, le Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL) a mis sur pied une exposition itinérante intitulée « Portraits de solidarités : les Amériques en lutte ». Celle-ci porte sur les luttes et les efforts de la société civile en matière de mobilisations, de résistances et de dénonciations au cours des 40 dernières années. Quatre périodes historiques démarquant les luttes en Amérique latine et au Québec ont été identifiées afin de dresser des portraits de mobilisations sociales. Ces périodes sont :

  • 1973-1990 : Dictatures et répression dans le Cône Sud
  • 1979 – 1996 : Conflits armés en Amérique centrale
  • 1990- 2005 : Expansion néolibérale et accords de libre-échange
  • 2005 à aujourd’hui : Néocolonialisme, extractivisme, violences et criminalisation des luttes sociales

Cette exposition se veut une revalorisation de la mémoire collective ainsi qu’un processus de vulgarisation de faits historiques afin de diffuser des éléments marquants de l’histoire populaire de la défense des droits humains dans les Amériques. L’exposition est le résultat de la construction d’un savoir collectif à travers la compilation de matériel d’archives, tel que des affiches, des photos, des articles et du matériel audiovisuel. Le matériel d’archives présenté dans l’exposition itinérante ainsi que sur cette plateforme virtuelle permet de mettre de l’avant les événements marquants de chaque période historique et de présenter une vision de l’évolution de la solidarité internationale entre le Québec et l’Amérique latine à travers le temps.

Le matériel est séparé en quatre sections qui, en images, montrent des luttes sociales marquantes qui ont eu lieu depuis les années 1970. D’abord, le visiteur est transporté dans le Cône Sud, où les dictatures, ainsi que la répression ont bafoué les droits des populations civiles. Disparitions, crimes d’État, solidarité internationale et luttes des femmes sont des éléments clés abordés dans cette première étape de l’exposition. Ensuite, la seconde partie rappelle et illustre les violences d’État perpétrées contre les populations civiles de l’Amérique centrale (Nicaragua, Salvador et Guatemala) qui furent fortement opprimées et réprimées dans leurs luttes, et comment elles ont lutté pour leurs droits avec des appuis internationaux. Les luttes sociales contre le libre-échange, les politiques néolibérales, ainsi que les mouvements altermondialistes sont par la suite abordés. Puisque depuis les années 1990 les Amériques étaient aux prises avec des processus de libéralisation des marchés, les populations ont vécu une dégradation tangible de leurs conditions de vie. En outre, les politiques néolibérales eurent comme incidence de rendre des secteurs de la population, dont les femmes, plus vulnérables face aux abus et aux crimes. L’accent est mis sur la situation du Mexique qui, depuis plus de deux décennies, connait une augmentation des violences, des crimes contre les femmes et une exploitation des travailleurs et travailleuses qui œuvrent dans des conditions de travail exécrables. Ultimement, la dernière section aborde le néocolonialisme, l’extractivisme abusif de certaines régions latino-américaines, ainsi que les luttes que ces phénomènes ont provoquées. Le rôle du Canada en tant que partenaire des entreprises qui commettent des abus socio-environnementaux, ainsi que la criminalisation des défenseur.e.s des droits sont parmi les éléments mis de l’avant dans cette dernière portion.

Enfin, à travers les périodes et les thèmes abordés, cette plateforme virtuelle servira de lieu de réflexion servant à susciter un plus grand intérêt de la population et des générations à venir envers les luttes sociales et liens de solidarités d’hier et aujourd’hui entre le Québec et l’Amérique latine.

Ce travail de récupération de la mémoire historique n’aurait pu être possible sans la collaboration de nombreuses personnes qui ont partagé leurs archives et qui ont appuyé la campagne “40 ans de luttes pour la défense des droits humains en Amérique latine et au Québec”.

Nous tenons ainsi à remercier toutes les personnes et organisations suivantes :

Association étudiante des cycles supérieurs de science politique de l’UQAM (AECSSP)
Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)
Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté (Centr’ERE)
Centre de recherche en imagerie populaire (CRIP)
Centre de recherche Société, Droit et Religions (SoDRUS)
Centre de ressources sur la non-violence
Centre international de solidarité ouvrière (CISO)
Clotilde Bertrand
Fernando Calderón
Luis Cerpa
Suzanne-G. Chartrand
Adriana Cleves
Denis Côté
Ximena Cuadra
Délégation Canada-Honduras pour la Justice, la Terre et la Vie
Maurice Demers
Développement et paix
Jacques Gélineau
Groupe de recherche d’intérêt public de l’UQAM (GRIP-UQAM)
Groupe de recherche sur les espaces publics et les innovations politiques (GREPIP)

Priscylla Joca
L’Entraide missionnaire
Yves Laneuville
Lucie Larouche
Éva Mascolo-Fortin
Vilma Munguía
Amelia Orellana
Isabel Orellana
Jorge Parra
José del Pozo
Projet Accompagnement Québec-Guatemala (PAQG)
Projet Accompagnement Solidarité Colombie (PASC)
Regroupement de solidarité avec les autochtones
Réseau québécois sur l’intégration continentale (RQIC)
André Querry
Pierre-Yves Serinet
Natacha Torres
Constance Vaudrin
Marta Vizcarra

À propos | 40 ans de solidarité et de luttes